Laboratoire de Géographie Physique et Environnementale


GEOLAB

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Actualités

Une thèse de doctorat dans le cadre du Défi ATTRIHUM du CPER

Une thèse de doctorat débutera en octobre 2018 dans l’unité de recherche GEOLAB pour analyser les services rendus par la biodiversité dans les habitats semi-naturels. Cette thèse contribuera au projet BIOECO, coordonné par Sonia Schwartz (UMR CERDI, UCA), et est financée par la région Auvergne Rhône Alpes dans le cadre du Défi ATTRIHUM du CPER.

Ce projet de thèse a pour objectif l’étude des relations entre la structure de la biodiversité et les services rendus dans un territoire à vocation « multi-fonctionnelle ». On entend par là un territoire où une diversité d’acteurs socio-économiques attend certains services de la part des habitats semi-naturels (p. ex. prairies, cours d’eau, boisements). Les activités des acteurs socio-économiques sont elles-mêmes génératrices d’effets sur les habitats semi-naturels et peuvent par la suite impacter les services rendus par ces habitats.
En prenant en compte les deux facettes des interactions homme/milieux, ce travail de thèse vise à :
1) Identifier les attentes des acteurs du territoire en matière de services rendus par les habitats semi-naturels, leur échelle spatiale et temporelle.
2) Mesurer les services produits (c.-à-d. rendus) par les habitats semi-naturels, leur échelle spatio-temporelle, et leur dépendance à la biodiversité.

Ce travail sera développée par la doctorante Magali Weissgerber, sur deux territoires de la région AURA : un territoire de la région Clermontoise où une mosaïque de plusieurs types d’habitats semi-naturels sera prise en compte et un territoire alpin où le travail sera focalisé sur les habitats de pelouses et de prairies.

Encadrée par deux chercheuses du laboratoire GEOLAB (Anne Bonis, écologue & Laine Chanteloup, sociologue de l’environnement), ce travail de doctorat sera explicitement multi-disciplinaire. Les résultats produits pourront être mobilisés pour des analyses économiques s’intéressant aux outils économiques pour la préservation de la biodiversité, thème transversal du projet BIOECO.

Ce travail de thèse mobilisera des partenariats entre quatre laboratoires ou services de l’université : avec les contributions de l’UMR GEOLAB (Johannes Steiger & Aude Beauger), de l’UMR LMGE (Christian Devillettes), du service UniVegE de Université Clermont Auvergne (Gilles Thébaud& Camille Roux) et de l’unité de recherche LESSEM de l’IRSTEA Grenoble (Grégory Loucougaray).